Books

- by Matthieu Verrier - lepetitjournal

Mon féminisme est un féminisme de cheval de Troie

Entrepreneuse sociale, Aurélie Salvaire s’est engagée dans l’accompagnement des femmes pour la construction de leur propre storytelling. Cette Française fondatrice de la plateforme Shiftbalance a publié le livre Balance the world! donnant quelques outils à ceux qui veulent conduire une révolution féministe. Elle sera à l’Alliance française ce vendredi pour en débattre.

Comment avez-vous conçu votre livre? Comme un manuel pour révolutionnaire féministe?
C’est surtout un manuel pour la jeune génération, qui est plus active sur les réseaux sociaux et les mouvements sociaux. Ce livre est un peu un mix entre “le féminisme pour les nuls” et un guide pour les personnes qui ont envie d’être actives. C’est pour ça que la version digitale est disponible gratuitement sur le site web. Le but est que son contenu se diffuse au maximum.

S’adresse-t-il aussi aux hommes?
Absolument. Le dernier chapitre traite de la masculinité. Comment l’envisager plus ouverte, plus diverse qu’aujourd’hui? Les autres chapitres peuvent être pour les pères qui ont envie de motiver leurs filles, ou pour les garçons. Quand on parle de la violence ou de sexe, il y a un gros travail à entreprendre pour se comprendre mutuellement. Quand je discute avec mon père ou avec mon frère, il y a beaucoup d’incompréhensions de ce que peut être notre expérience comme femme dans notre société. La lecture de ce livre permet aussi d’éviter le déni. J’entends beaucoup de gens dire “Maintenant ça va…”

Si je vous dis: “après le mouvement MeToo, ça va…”?
Harvey Weinstein n’est pas en prison. La parole a été libérée, mais concrètement, ça n’a pas vraiment changé quoi que ce soit pour les oppresseurs. J’entends même parfois un backlash de certains et certaines qui disent: “on n’arrête pas de parler de ça, on passe à autre chose”. Ça a été un super moment où beaucoup de personnes ont réalisé une partie du problème, mais le problème de fond n’est pas réglé. Il y a encore beaucoup à faire.

Read more