Top choices

- Patric Jean from Mediapart

Hommes et féministes: une mode contre-productive?

Une mode est récemment apparue dans la presse française et internationale à propos des hommes qui se disent “féministes” et dont on présente l’engagement comme “essentiel” pour les droits des femmes. Il est temps de se demander si cette nouvelle habitude qui se veut bienveillante n’est pas finalement contre-productive.

Pas une semaine sans qu’un article, une campagne ne nous vante les mérites des hommes “les vrais”, les gentils, ceux qui brillent dans le bon camp et affichent un “féminisme” évident. Cette pratique part de l’idée que l’égalité est “l’affaire de tous” (et même plus de toutes) et que les hommes doivent y jouer un rôle central. La volonté de considérer l’égalité comme une valeur universelle fait oublier que l’individu n’est pas un universel, il appartient à un groupe social.

Comment pourrais-je croire que je mène le même combat qu’une femme?

En tant qu’homme, je ne peux qu’observer que, même en dénonçant les inégalités, je reste membre d’une classe dominante qui me confère des privilèges que je ne peux pas toujours remettre en question individuellement. J’ignore en quoi consiste l’expérience du monde en tant que femme. La peur du viol ou du harcèlement sexuel par exemple, le sentiment face aux regards salaces, les sous-entendus qui me ramènent à une position infériorisée, le “sexisme bienveillant”, mon expérience intime en est vierge et je ne peux comprendre ces concepts que de façon abstraite. Ma connaissance de l’inégalité entre les sexes est donc celle d’un dominant, saupoudrée de connaissances théoriques. Comment pourrais-je croire que je mène le même combat qu’une femme qui vit cela au quotidien? D’autant que rien ne prouve que je ne profite pas impunément de tous les privilèges masculins. Un homme peut être très égalitaire au travail et le pire des machos dans sa vie intime, condamner le harcèlement sexuel et consommer massivement de la pornographie.

Read more